Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
05 Apr

Acquisition de la langue

Publié par Zoubir Yahiaoui

Acquisition de la langue

Il existe une capacité génétiquement déterminée permettant à l’enfant d’apprendre une langue humaine :

  1. le langage structuré n’existe que dans l’espèce humaine, et pas chez les autres espèces animales ;
  2. le langage structuré est retrouvé dans toutes les civilisations, même les plus isolées n’ayant jamais eu aucun contact avec d’autres civilisations ;
  3. le langage devient structuré dès qu’il est acquis comme une langue maternelle, comme l’indique l’évolution des pidgins vers les créoles ;
  4. le langage est une faculté cognitive qui fonctionne indépendamment des autres modules ;
  5. le langage est acquis naturellement lors de l’exposition à une langue, sans enseignement particulier, au même titre que d’autres capacités génétiquement déterminées ;
  6. l’argument de la pauvreté du stimulus : tous les locuteurs d’une langue partagent les mêmes règles complexes et arbitraires.

Argument 4: le langage est une faculté cognitive qui fonctionne indépendamment des autres modules

  • Le syndrome de Williams : l’association d’un retard mental causée par microdélétion dans le chromosome 7. Cette microdélétion entraîne jusqu’à la suppression de plus de 17 gènes.
  • Retard mental: L’acquisition verbale bonne, pouvant masquer trompeusement le retard mental, et des fonctions de perception visuelles altérées. Les personnes atteintes de ce syndrome sont incapables de reproduire un dessin simple. C’est vers 3 à 6 ans que le diagnostic est parfois porté en raison de l’impossibilité de suivre une scolarité. (Wikipedia)
  • Argument 5: le langage est acquis naturellement lors de l’exposition à une langue, sans enseignement particulier, au même titre que d’autres capacités génétiquement déterminées

Le langage est complexe

Argument 6 : la pauvreté du stimulus. Tous les locuteurs d’une langue partagent les mêmes règles complexes et arbitraires.

  1. Anne a dit à Marie-Ève qu‘elle partirait demain.

– Le pronom peut référer aux noms qui le précédent

  1. Elle a dit à Anne que Marie-Ève partirait demain.
    • Le pronom ne peut pas référer au noms qui le suivent
  1. L’infirmière qu’elle a vu hier a plu à Anne.

– OOPS!

« Pauvreté du stimulus » (Chomsky, 1957).

  • Fait 1: il n’y a jamais d’apprentissage explicite des règles syntaxiques
  • Fait 2: nous partageons tous une connaissance de ces règles dès notre plus jeune âge, ce qui nous permet d’interpréter de la même façon le sens des phrases.
  • Conclusion: Les règles syntaxiques sont déterminées par notre bagage génétique ; il existe des contraintes qui portent sur la structure des langues humaines, qui sont partagées par tous et qui sont présentes dès la naissance : c’est ce que les linguistes désignent par le terme de « grammaire universelle ».

Prédisposition chez l’humain à acquérir une langue

  • Il existe une capacité génétiquement déterminée permettant à l’enfant d’apprendre une langue humaine :
  • le langage structuré n’existe que dans l’espèce humaine, et pas chez les autres espèces animales ;
  • le langage structuré est retrouvé dans toutes les civilisations, même les plus isolées n’ayant jamais eu aucun contact avec d’autres civilisations ;
  • le langage devient structuré dès qu’il est acquis comme une langue maternelle, comme l’indique l’évolution des pidgins vers les créoles ;
  • le langage est une faculté cognitive qui fonctionne indépendamment des autres modules ;
  • le langage est acquis naturellement lors de l’exposition à une langue, sans enseignement particulier, au même titre que d’autres capacités génétiquement déterminées ;
  • l’argument de la pauvreté du stimulus : tous les locuteurs d’une langue partagent les mêmes règles complexes et arbitraires.
  • La capacité de langage est inscrite dans le patrimoine génétique humain
  • L’enfant ne naît pas « programmé » pour apprendre une langue particulière : il acquiert la langue qui est parlée (ou signée) dans son environnement, quelle qu’elle soit, indépendamment de ses origines.
  • Les informations dont le nouveau-né dispose sont « universelles », c’est-à-dire s’appliquant à toutes les langues humaines : c’est la grammaire universelle.
Commenter cet article

À propos

Vous trouvez des informations qui me concernent dans ce blog.